Formations et tactiques

> Acies

Les Romains appelaient ainsi les lignes horizontales d’hommes subdivisées en divisions tactiques et positionnées sur le champ de bataille, prêtes à affronter l’ennemi (selon l’époque chronologique à laquelle nous nous référons, ces divisions tactiques pouvaient être des manipules ou des cohortes). De plus, cette formation était parfois aussi utilisée comme synonyme de l’armée prête au combat, par opposition à agmen qui était l’armée prête à marcher. Certaines des locutions étaient :

Aciem instruere : former les troupes en ordre de bataille.
In aciem exire : aller au combat.
Aciem loco movere : faire reculer l’armée.
Acies integra : troupes fraîches et reposées, qui ne sont pas encore entrées en combat.
In aversam aciem incurrere : attraper l’armée ennemie à revers.

> Triplex acies

Le triplex acies (ou triplex acies) était une disposition des troupes sur le champ de bataille organisée en trois lignes horizontales face à l’ennemi : prima acies, secunda acies et tertia acies. Chacune de ces trois lignes était à son tour subdivisée en manipules (et plus tard dans le temps, subdivisée en cohortes, voir ci-dessous).
Formation de combat d’une légion polybienne.Formation triplex acies. Structure d’une légion romaine du milieu de la République romaine, dite “système Polybius”.

> Agmen

Acies était la position de l’armée dans la bataille. Cependant, lorsque les Romains marchaient, la formation était appelée agmen et était divisée en deux types.

Impeditae : armée marchant en formation de colonne. Utilisé lors d’une marche en territoire ami où l’on ne craignait pas d’attaques rivales, les légions s’alignaient, chacune avec ses bagages et ses charges marchant en impeditae.

Expeditae : lorsqu’une attaque ou une embuscade ennemie était possible pendant la marche, les trois quarts des troupes marchaient en tête de la colonne, prêtes à combattre. Derrière eux venaient les bagages et les troupes régulières qui marchaient en impeditae.

Certaines de leurs locutions étaient :

Primum agmen : avant-garde de la colonne de marche.
Agmen moyen : le centre ou le gros de la colonne, dans cette section de la légion en marche marchait la majorité des légionnaires.
Novissimum ou extremum agmen (extrema agminis) : l’arrière-garde de la colonne de marche.
Quadratum agmen : formation de marche en carré, avec les bagages au centre. Cet ordre était généralement adopté lorsque la force romaine en marche craignait une éventuelle embuscade ennemie.
Citatum agmen : marche forcée, généralement au pas de charge, pour fuir un ennemi ou pour atteindre un champ de bataille afin de fournir des renforts.
Composito agmine : une marche dans laquelle un bon ordre d’allure a été maintenu. Dans celle-ci arrivaient d’abord les bagages, puis le reste des troupes qui marchaient en impeditae.

> Ordo

Alors que l’ordre (latin ordo, pluriel ordines) désignait les ordres sociaux (sénateurs, écuyers et plébéiens), dans le contexte de l’armée romaine, l’ordo désignait les trois classes ou lignes de formation au combat.
Par exemple : ordines servare signifiait se placer à la bonne place dans la formation.

Note : les ordines peuvent également faire référence à une ancienne division tactique de la République qui se composait d’un manipule de triarii, d’un manipule de rorarii et d’un manipule d’accensi. Pour cette raison, certains auteurs de la République romaine ont utilisé le mot ordines comme synonyme de “cohortes” (notamment dans Jules César).

> Testudo (formation)Roman army | Roman empire, Rome, Ancient romans

La tortue (latin testudo, pluriel testudines) était une manœuvre tactique de combat dans laquelle une centurie recouvrait sa partie supérieure de ses boucliers formant un toit pour se protéger des javelots ennemis. Cette formation est mise en œuvre lorsque Rome adopte le scutum. (voir scutum)

La tortue était également le nom d’une machine de guerre (voir testudo (machine)).

> Signum

Le signum (pluriel signa) était l’enseigne représentant une légion (voir signum). En de rares occasions, cependant, certains auteurs romains ont fait référence aux grades de l’infanterie en tant que “signa”. La locution “ab signis discedere” signifiait “quitter les rangs”.

 

 
Follow by Email