L' Optio

L’OPTIO était l’assistant du centurion, qui en avait deux pour chaque manipule. Mais il a également servi d’assistant (ou de commandant d’arrière-garde) à chaque décurion de cavalerie (commandant d’une decuria). Il était l’un des principaux sous-officiers, il faisait donc partie des immuns (exemptés d’autres services lourds) et devait remplacer le centurion au cas où il serait tué, blessé ou autrement incapable de commander.
 
L’optio prend soin de garder sa centurie compact, notamment à l’arrière, où il était habituellement positionné, pour éviter les reculs brusques ou le dérapage de la formation.

Si le poste de centurion devenait vacant, l’optio était généralement désigné pour lui succéder,  sur le terrain même, avec la formule immédiate de “optio ad spem ordinis”

On sait que le centurion l’utilisait dans des tâches très variées qui s’imposaient à lui-même, allant de la tenue à jour des tâches et services quotidiens à la vérification de la disponibilité effective des hommes de force.

L’optio était également responsable des livraisons quotidiennes pour lesquelles il portait une petite poche à sa ceinture où il gardait les tablettes de cire avec les mots de passe, les tâches, les services, l’agenda.

Il était personnellement choisi par le centurion qui pouvait le désigner comme successeur. Cependant, l’optio ne peut pas être considéré comme un véritable “second” du centurion, alors que le Tesserarius ou le signifer ou le bucinator l’étaient, mais il était plutôt un bricoleur.
 
L’optio est représenté avec un long bâton et un pommeau au sommet, avec deux grandes plumes de chaque côté du casque, avec ou sans crête longitudinale. Étant facilement identifiables par l’ennemi au combat, ils meurts dans un pourcentage plus élevé.
 

Le couple centurion/optio était également présent parmi les départements de la garde prétorienne. Il pourrait y avoir un optio centuriae (commandant adjoint d’une centurie), un optio equitem (adjoint d’une truma de cavalerie) et un optio speculatorum (adjoint d’un département de cavalerie de la garde).

 
Le même terme d’optio identifiait également dans le domaine des ingénieurs militaires, l’assistant du magister, qui se voyait confier la tâche de diriger les ateliers/usines où étaient produites les armes ou les briques des légions (tegulae), pour la construction des forteresses.
 
Follow by Email
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x