Le cirque et la lutte des gladiateurs

Cirque et Gladiateurs

Les loisirs et divertissements des Romains. | L'ABCDulatin

Pain et cirque !!! c’étaient les besoins du peuple romain …

Bien que l’origine archaïque de ces spectacles soit de nature religieuse, la vérité est qu’elle dérive plus tard de ce que nous savons aujourd’hui.
Tous les savants de l’époque s’accordent à dire que s’il y avait un outil de contrôle de la population, c’était sans doute deux éléments de loisir: le premier, la célébration de banquets pour le peuple, l’autre les spectacles gratuits, soit dans l’arène de l’amphithéâtre. avec des combats de gladiateurs ou des courses de chars dans le cirque, comme la représentation de pièces de théâtre.

Tout cela constituait le loisir romain, une nécessité qui échappait à la foule des vrais problèmes sociaux et qui servait à l’empereur une arme de propagande et de contrôle des insurrections populaires. Un Romain, qu’il soit le plus pauvre ou le plus riche, avait sa place dans les stands de cirque et pendant un moment ces différences économiques ou sociales ont été reléguées au second plan, car devant un spectacle de cette ampleur, elles formaient toutes un seul bloc.

Il n’y avait pas d’illustre romain qui n’eût tenu à ses frais un spectacle plus large que le précédent, car c’était de cela qu’il s’agissait … les jeux signifiaient le pouvoir et l’estimation temporelle de la plèbe, très utiles quand ils décidèrent au Sénat, et très important lorsque le statut social en dépend. Le coût n’avait pas d’importance, car c’était un contrôle de masse absolu.

LES JEUX À ROME - LES COMBATS DE GLADIATEURS

Pendant l’ère républicaine, les deux sénateurs choisis pour occuper leurs fonctions cette année-là ont offert à la population les plus grands spectacles que leurs coffres personnels pouvaient leur offrir. Dans l’année de Bibulus et César, ce dernier a offert l’un des meilleurs spectacles demandant un prêt à son ami Crassus, avec ce Jules César a cherché le copinage et le soutien du peuple romain et le rejet de son homologue Bibulus qui a vu sa popularité tomber précipitamment, étant déclarée cette année comme «l’année du gouvernement de César».
Julio n’était pas satisfait d’offrir des spectacles de gladiateurs, mais incluait des batailles navales qui se déroulaient dans le cirque, avec un processus d’ingénierie qui permettait d’inonder l’arène.

C’était comme ça qu’un Romain était … il pouvait donner du pouvoir à quiconque le lui offrait.
Cela s’est perpétué au cours des siècles suivants, nous trouvons donc un grand groupe d’empereurs qui ont exercé leur imperium non dans le sénat mais dans l’amphithéâtre, l’un des cas les plus clairs était sans aucun doute Commode, fils de Marc Aurèle, qui avant son incompétence en tant qu’empereur a donné Rome ce qu’elle voulait, des centaines de jours de festivités qui comprenaient des spectacles quotidiens de combats de gladiateurs et le massacre de bêtes (tigres, ours, lions, etc …), il est bien connu qu’il était lui-même un amoureux de ce genre et il On dit même que l’empereur s’est battu en gladiateur dans certains de ses spectacles, mais tout cela pris dans les coffres impériaux avec quel empereur gaspilleur signifiait que l’héritier devait récupérer ce qui était perdu pour niveler les coffres. Tout le monde n’était pas amateur de ces émissions, mais tout le monde connaissait leur importance, de sorte que même les empereurs les plus austères offraient des jeux à la population.

Les premiers amphithéâtres étaient des structures mobiles en bois formées de deux demi-cercles, c’est-à-dire de deux théâtres en bois reliés par le centre, qui servaient séparément à offrir des pièces de théâtre mais formaient ensemble une arène pour les gladiateurs. Mais l’importance d’établir un bâtiment à ces fins a conduit Auguste à inaugurer le premier construit en pierre, malheureusement et en raison des incendies qui ont dévasté Rome, il a été perdu.

Vespasien connaissant la nécessité d’offrir à la ville la plus importante de l’empire un lieu de loisirs digne de son statut, il ordonna la construction du plus grand amphithéâtre connu et le plus populaire aujourd’hui comme symbole de Rome: le Colisée.
Ce prodige de l’ingénierie romaine fut inauguré sous le mandat de son fils Tito et fut l’une des constructions les plus colossales de l’époque, pour son inauguration 100 jours de jeux et de spectacles de bêtes (appelés venationes) furent consacrés.

L’amphithéâtre Flavien, appelé le Colisée d’après une statue colossale de Néron qui se trouvait à proximité, a été construit entre les années 72-80 après JC, sa capacité était de 55000 spectateurs répartis sur 4 niveaux de gradins et a été construit en marbre, pierre, béton, chaux, cendres volcaniques, boue et sable.
Ses dimensions 188m de long x 156m de large x 60m de haut. Le sable mesurait 86 m dans son axe longitudinal et 54 m dans le sens transversal.
Le colisée a été construit de manière à ce que l’entrée et la sortie soient rapides, pour lesquelles 80 arches d’accès aux tribunes ont été installées.
Pour se protéger du soleil, un auvent a été construit qui protégeait tous les stands décorés de différents motifs.
Les arcades extérieures comprenaient des statues de dieux et de héros.

Sous l’arène de l’amphithéâtre, il y avait un labyrinthe d’entrées et de sorties, de poulies et de palans motorisés qui permettaient d’élever les animaux et les gladiateurs eux-mêmes pour une plus grande spectaculaire et délire des personnes présentes.

 

 


Les empereurs et les personnages concernés se trouvaient devant l’arène protégée par un mur, dans les gradins à gauche et à droite de la loge impériale se trouvaient des sénateurs et des personnes illustres. Les étapes intermédiaires ont été préparées pour les assistants masculins et la dernière pour les femmes et les esclaves.

 

Des écoles de gladiateurs furent imposées dans tout l’empire, du nord au sud et d’est en ouest, à tel point que des amphithéâtres furent construits dans toutes les villes conquises et inclus dans le mode de vie de ses habitants. Bien que les gladiateurs professionnels venaient des classes les moins favorisées, ils pouvaient être des esclaves, des mercenaires de guerre et même des citoyens qui, sans ressources, ont choisi cette voie pour essayer de gagner de l’argent, il faut garder à l’esprit que même s’ils étaient de bas statut, le gladiateur qui était reconnu pour ses talents de combattant est devenu un personnage acclamé par les masses, et pour cela il a reçu une compensation financière de grande valeur offerte même par l’empereur lui-même, ils sont également devenus un objet de culte et leurs réalisations ont été reconnues dans les mosaïques et les statues érigées en Son Honneur. Rares sont ceux qui ont atteint cette fin car la grande majorité est morte dans le sable, mais dans de nombreuses mosaïques situées en Afrique du Nord, nous trouvons leurs noms et leurs réalisations, nous permettant d’avoir une idée de ce qu’ils signifiaient.

Un autre des noms qui résonne le plus est celui de Spartacus, en effet c’était un grand gladiateur mais ses mérites ne sont pas reconnus pour l’arène du cirque mais pour le combat qu’il a entamé avec Rome pour proclamer la liberté des esclaves. Il a réussi à s’échapper et à réunir des milliers de personnes qui ont suivi sa cause, en fait, il a gardé la république sous contrôle pour ses compétences en leadership et sa capacité à attirer et à se battre, mais son exploit pour la liberté a été écrasé par Crassus, faisant de lui une idole de l’esclavage. et une référence pour ceux qui ont été privés de citoyenneté.

Termes à l’école des gladiateurs

EDITEUR: C’étaient les organisateurs des matchs. Il a négocié avec les Lanistae pour acheter l’événement.
LANISTAE: instructeur de gladiateurs, et personne qui les a achetés au marché aux esclaves.
MAGISTER: il était en charge de la formation des gladiateurs et de l’arbitrage des spectacles.
LORARII: c’étaient ceux qui étaient chargés de frapper ces gladiateurs qui n’ont pas fait preuve de courage dans le combat.
LUSORII: asçi sont désignés les combats qui n’ont pas été à mort et qui ont servi d’échauffement.
PANOPLIA: éléments de chaque gladiateur faisant référence à leur équipement.
RUDIS: épée en bois, très lourde, utilisée pour l’entraînement.

 

Cris dans le sable … les spectateurs décident

Sans aucun doute, le cri le plus connu est celui de:
AVE CAESAR, MORITURI TE SALUTANT: Salut, César, ceux qui vont mourir te saluent. Il n’y a pas de sources qui assurent cette phrase, mais il est récurrent qu’elle soit utilisée comme pré-combat.
URI, VINCIRI, VERBERARI, FERROQUE NECARI: Être brûlé, attaché, battu et tué par le fer. C’était le serment d’un gladiateur en herbe, suivi du sacramentum gladiatorum.
IUGULA: “massacrez-le” était le cri que les spectateurs ont lancé lorsqu’ils voulaient que le gladiateur abattu meure. Pour cela, l’empereur ou personne illustre a placé un poing fermé et un pouce horizontal.
MITTE: “Let it go” était le contraire, quand le gladiateur abattu s’était battu avec dignité et courage, ce terme était crié tandis que le poing fermé était placé avec le pouce vers le bas, oui, vers le bas.

L’erreur de considérer le pouce vers le haut ou vers le bas comme l’équivalent de la vie ou de la mort est donnée par un tableau et par les clichés du cinéma Peplum.

Dans tous les cas, le dernier mot sur la vie ou la mort d’un gladiateur était tenu par l’empereur ou le rédacteur en chef du spectacle qui pouvait être un aristocrate, mais ils avaient l’habitude de prêter attention à ce que la plèbe exigeait, gagnant leur sympathie.

 

Cours de gladiateurs

MIRMILLON:
Ce gladiateur avait un gladius (épée courte qui donne naissance au nom de gladiateur) simulant en quelque sorte les légionnaires, en plus du bouclier, sa tête est protégée par un casque en forme de poisson, et ses jambes et ses bras étaient protégé par des cretons et des brassards respectivement.

LE RETIAIRE:
Il est le plus populaire des combattants, ses armes étaient un filet, un trident ou une lance et un poignard, simulant des pêcheurs. Une des caractéristiques de ce combattant est que sa tête n’est couverte par aucun casque, il n’avait qu’une épaulière en métal pour se protéger.

SUIVI:
Le Thrace était couvert d’un bouclier, et d’un casque complètement fermé orné d’une crête, son épée était avec un bord tordu et ses jambes sont protégées par des cretons.

UN COMPAGNON:
Il était l’adversaire du Retiario, pour lequel il utilisait un casque arrondi pour que le filet glisse, un bouclier et des protections sur l’un des bras, ainsi que des cretons pour protéger ses jambes.

HOPLOMAC:
Il simulait un hoplite grec, portait un casque entièrement couvert, un petit bouclier rond, un poignard, un brassard sur son bras nu et des cretons en métal pour ses jambes.

 

CIRQUE ROMAIN

 

Actuellement, les spectacles de cirque sont liés aux courses de chars, mais la vérité est qu’ils consistaient en différentes performances, il y avait des expositions de cavaliers avec des acrobaties, ou des courses de deux (bigas), trois (blé), quatre (chars) ou plus de chevaux, le tout avec une entrée spectaculaire précédée par le son des trompettes. Au centre de la piste, il y avait une médiane ovale de spina ornée de figures qui ont été enlevées une à une au fur et à mesure des tours.

 

Les courses ont commencé avec le lancement du mouchoir blanc, ce geste a été fait par l’organisateur de l’événement, orné de façon ostentatoire, sous lui, dans l’arène, les cavaliers avec leurs chevaux se tenaient et devant eux une corde attachée à des morceaux de marbre pour marquer le départ, chacune des équipes s’appelait factio, celles-ci étaient différenciées par une couleur (blanc-albata, vert-preasina, bleu-veneta, rouge-russata) qui permettait au public de parier sur le quadrige gagnant, au début de la course le bruit était incroyable car plus la difficulté était grande, plus l’attente était grande, les cirques étaient relativement étroits, donc lorsque la factio tournait, des collisions pouvaient se produire entre eux ou contre les colonnes. Une race propre, c’était une course ennuyeuse, un conducteur de char ou un cavalier risqué, devenu une idole des masses, semblable si possible à la popularité des grands gladiateurs romains. 7 tours ont été terminés, après quoi le gagnant a reçu les éloges du public et une compensation financière de l’empereur ou, à défaut, de l’organisateur.

Le cirque romain par excellence correspond au cirque maximum de Rome, dont seule la forme est conservée mais pas les gradins ou les éléments décoratifs.

Malgré la popularité de l’amphithéâtre, le cirque n’est pas en reste, les citoyens ont apprécié les spectacles qui s’y déroulaient et qui en revanche étaient exempts d’agressivité, des courses de chevaux ou des spectacles navals y étaient organisés.

 
 
Follow by Email
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x