Officiers et Grades militaires

Officiers et Grades militaires

> Centurion

Le centurion (latin centurio, pluriel centuriones) était le commandant d’une centurie. Au début, ils étaient choisis parmi les hommes appartenant à de riches familles, puis ils ont commencé à être choisis parmi les soldats vétérans après les réformes militaires de Marius (107 av. J.-C.). Les centurions étaient chargés des tâches militaires consistant à commander leur centurie pendant la bataille ainsi que de l’entraînement de leurs hommes et d’autres aspects importants de l’organisation générale de la légion. En raison de ce qui précède, les centurions devaient savoir lire et écrire. Ils relevaient directement des tribuns et recevaient des rapports des doyens, leur officier secondaire était l’optio.

Crista transversa : crête transversale d’un centurion.
Phalère :                  médaillons circulaires sur le devant de l’armure du centurion.
Torquis :                  collier semi-circulaire que le centurion recevait en récompense.
Vitis latina :             branche ou bâton avec lequel le centurion administrait le châtiment (castigato) aux légionnaires désobéissants.
Armillae :                 bracelets en métal.

> Consul

Le consul (latin consul, pluriel consules) était le plus haut dirigeant politique et militaire de la République romaine. Il s’agissait de la magistrature la plus importante du Cursus Honorum et elle durait un mandat annuel. Établis immédiatement après la destitution des rois et la création de la République (6e siècle avant J.-C.), les consuls étaient élus chaque année par paires afin d’éviter l’accumulation personnelle de pouvoir (chaque consul avait le pouvoir d’opposer son veto aux ordres de son collègue). Leurs tâches étaient aussi bien politiques et administratives que militaires. À l’époque des premières armées de la République, les consuls levaient les armées en personne au début de l’année afin d’affronter les campagnes militaires défensives et offensives. La gestion des armées était régulièrement exercée par les deux consuls, qui choisissaient de diviser l’armée en deux ou de commander les troupes à tour de rôle.

Avec la création de la magistrature du préteur, de nombreuses fonctions judiciaires des consuls ont été déléguées à ces magistrats. Plus tard, à l’époque impériale, la figure du consul perdit pratiquement tout son pouvoir réel, ne subsistant au cours du Principat que comme une tradition.

Cette magistrature était si importante que l’année portait le nom des deux consuls en exercice. Pour plus d’informations, voir l’article sur le calendrier romain.

Note : au début de la République romaine, les consuls étaient appelés préteurs. Cependant, il ne faut pas confondre les deux magistères.

>Decano

Le decano (latin decanus, pluriel decani) était un légionnaire appartenant à un conseil qui était responsable des dix soldats appartenant à ce conseil. Ils rendaient généralement compte au centurion. Avec le temps, on a commencé à les appeler caput Contubernii.

> Dictateur

Pendant les périodes de crise, un consul (voir consul) pouvait être élevé, pour une période convenue, au rang de dictateur. Cette décision était prise par un conseil de consulaires (ex-consuls ou proconsuls). Les diktats du dictateur ne pouvaient faire l’objet d’un veto, même de la part des tribuns plébéiens (fonctionnaires civils disposant d’un droit de veto), et visaient à résoudre une crise qui menaçait l’existence même de Rome.

Note : la dictature ne se limitait pas aux consuls en exercice. Par exemple, lorsque les Aequiens ont envahi Rome en 458 avant J.-C., les consuls étaient Rutilius et Augurinus. Cependant, Cincinnatus a été nommé et confirmé comme dictateur pour six mois.

> Dux

Le dux (pluriel duces) était un mot désignant une personne, romaine ou étrangère, qui commandait une armée entière. Il ne s’agissait pas d’un poste ou d’un rang officiel (ce qui a commencé à changer à partir du troisième siècle de notre ère), mais désignait simplement le commandant en chef d’une armée.

> Imperivm

Le plus haut pouvoir militaire accordé à un préteur, un consul ou un dictateur. Il s’agissait du pouvoir de commander des troupes et s’opposait à la potestas (pouvoir administratif). À Rome, l’imperivm allait au-delà du pouvoir de donner des ordres aux soldats, puisqu’il comprenait également le pouvoir de décider de la vie et de la mort des légionnaires, d’accorder des prélèvements, de nommer des officiers et même de battre monnaie et de conclure des traités. Comme le pouvoir de l’imperivm n’était pas conservé dans l’enceinte sacrée de la ville (le pomerium), lorsque les sénateurs devaient rencontrer un général doté de ce pouvoir, ils le faisaient dans l’un des temples du Champ de Mars (voir Champ de Mars).

> Legado

Chaque légion était sous le commandement d’un légat (latin legatus, pluriel legati). Le légat était l’officier le plus haut gradé de la légion et l’aide et le lieutenant du général commandant de l’armée (voir doge). Issus du rang sénatorial, les légats ont reçu une grande partie du butin de guerre, ce qui a généralement attiré des personnalités du pouvoir à chercher ce poste. Avec l’arrivée de l’empereur Auguste et la restructuration de l’armée impériale romaine, le rang de l’héritage est officialisé et élargi. Par exemple, un Legatus Augusti pro prétore ou un héritage impérial était un héritage qui commandait deux légions ou plus et un Legatus legionis était un héritage qui commandait une légion spécifique (généralement une légion forte ou d’élite). Les Legatus legionis étaient d’anciens préteurs (ou prétorius).

> Optio

L’optio (optiones pluriel) était un officier subalterne qui a agi en tant que commandant en second d’un centurion en un siècle. Ils devaient savoir lire et écrire et pendant la bataille, leurs siècles respectifs se sont positionnés au premier rang pour donner des ordres aux hommes des premiers rangs. Si le centenier tombait au combat, l’optio devait prendre en charge le commandement du siècle.

> Préfet

Le préfet (en latin praefectus, praefecti pluriel) était un officier qui pouvait officier à la fois sur des tâches civiles et militaires, distinguant sa position avec un cognomen spécifique. En général, il s’agissait de responsables d’un groupe de travailleurs ou d’unités spécialisées. Certains des différents types de préfets étaient:

> Préfets militaires

Praefectus fabrum – chef des troupes du génie de combat dans une légion.
Praefectus classis ou navium – amiral d’un escadron.
Praefectus praetorio – ils ont commencé comme chefs de la sécurité du prétoire (tente du commandant) puis, avec la création de la garde prétorienne, ils sont devenus les chefs
Praefectus castrorum – homme chargé de l’administration de l’un des castra (forts romains).
Praefectus alae ou equitatus ou equitum – chef d’une unité de cavalerie.

> Préfets civils

Praefectus aerarii – responsable de la gestion du trésor public
Praefectus vigilum – le commandant des vigiles.
Praefectus annonae – officier chargé de l’approvisionnement en céréales à Rome.
Praefectus urbi ou urbanus – responsable de l’administration de Rome.

> Pretor

La pretura (ou pretoria) était l’une des trois magistratures les plus importantes de la République romaine et l’une des magistratures républicaines qui ont continué à avoir un certain pouvoir pendant l’Empire. Le préteur (en latin prétor, praetores pluriel) était généralement un homme chargé de l’administration de la justice, bien que son pouvoir s’étendait au gouvernement des provinces et, quand le temps l’exigeait, à commander des légions. Si les deux consuls étaient à l’extérieur de la ville, le préteur avait alors l’impérivme (pouvoir de commandement).
Le nombre de préteurs a augmenté avec le passage des siècles et la croissance de Rome. À l’époque de Sula, il y avait huit préteurs (deux urbains et six pèlerins) et dans l’Empire le nombre de préteurs fluctuait entre dix et dix-huit.
Il y avait deux types de préteurs :
     Pretor urbano : préteur qui est resté dans la ville de Rome officiant en tant que juge. Ils étaient chargés de juger les affaires de corruption à Rome.
     Pretor peregrino : préteur qui pourrait rester à Rome et administrer la justice dans les cas impliquant des pèlerins (voyageurs et non-citoyens) ou voyager à travers les territoires et provinces romains pour rendre justice ou rendre des décisions.
Les deux préteurs avaient la Jurisdictio – ils pouvaient administrer la Justice – et le Jus Edicendi, qui était le pouvoir qui leur permettait de créer des édits. Habituellement, ce n’était pas le préteur qui enquêtait sur les affaires, mais plutôt assignait un Judex (plusieurs juges) pour mener l’enquête. À la fin de son mandat d’un an, il était courant que le préteur soit envoyé comme gouverneur officiel d’une province.
Pendant l’Empire romain et après la réforme militaire d’Auguste, un Legatus legionis était un ex-préteur (ou prétorius) qui commandait une légion forte ou d’élite de l’Empire.

> Pretura

Le pretura (en latin praetura) était la figure du préteur. (voir préteur)

> Tribune militaire

Avant les réformes de Mario, les légions de la République romaine étaient commandées directement par un consul (chefs de toute l’armée), un gouverneur, un préteur ou un général de la classe patricienne nommé directement par le consul. Cependant, chaque légion avait également des tribunes militaires dans sa structure de commandement; de jeunes hommes issus de familles puissantes qui servaient de commandants de légion si la légion n’était plus commandée par l’une des hiérarchies supérieures mentionnées ci-dessus. Cette tribunicia était l’un des premiers rangs du cursus honorum. Au total, il y avait six tribuns militaires par légion, et le commandement tournait entre ces deux à la fois. Bien que dans un premier temps seuls les sénateurs pouvaient élire les tribuns, à partir de l’an 311 À. C. les gens commencent à élire quatre des six tribuns de chaque légion.
Avec les réformes de Mario (à partir de 107 avant JC), le commandement de la légion est officialisé sous la figure du légat (en latin legatus, pluriel legati), laissant les six tribuns comme officiers subalternes. Dans ce nouveau schéma, les tribuns étaient situés dans la hiérarchie de commandement entre le légat et les centurions. Cependant, les six tribuns militaires n’étaient pas les mêmes. Un des tribuns militaires était le tribun de Laticlav (tribunus laticlavus), un homme de la classe sénatoriale qui a agi en tant que commandant en second de l’héritage et, à l’occasion, pouvait assumer le commandement temporaire de la légion. Les cinq autres tribuns étaient les tribunes angusticlaviennes (tribuni angusticlavii), hommes de la classe équestre qui avaient une expérience militaire mais aucun pouvoir de commandement.

 
Follow by Email